Planète Bleue

Notre planète dans tous ses états
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Insuffisance des modèles de prévision du climat

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
James
Admin
avatar

Nombre de messages : 2619
Age : 45
Localisation : Clermont Ferrand (63), France
Date d'inscription : 08/11/2006

MessageSujet: Insuffisance des modèles de prévision du climat   Mar 21 Aoû - 16:53

Les modèles pourraient ne jamais être capable de prévoir avec exactitude le climat

Les différentes modèles climatiques pourraient ne jamais produire des prévisions concordantes, même avec des améliorations spectaculaires de leur capacité à simuler la physique et la chimie de l'atmosphère et des océans. C'est la conclusion d'un rapport de James McWilliams, un mathématicien appliqué et scientifique spécialisé dans l'étude de la Terre à l'université de Californie à Los Angeles. Les mathématiques des modèles complexes fournissent la preuve que les modèles diffèreront toujours entre eux, argumente-il. Par conséquent, poursuit McWilliams, les personnes qui s'occupent de modéliser le climat doivent changer leur approche pour faire des prévisions.

Tous les modèles climatiques prévoient que la Terre va continuer à se réchauffer, mais dès que l'on pousse un peu plus loin l'analyse pour obtenir des informations plus détaillées, ils sont rarement en accord. Les meilleures prévisions varient de 10 à 20% voire plus. Pour des phénomènes particuliers, les variations sont bien plus importantes. Par exemple, les modèles climatiques sont en désaccord sur la question de savoir si les périodes sèches vont en moyenne durer plus ou moins longtemps.

Un test plus élémentaire d'évaluation de la fiabilité des modèles et de leur degré d'accord entre eux tient dans leur capacité à reproduire les modèles climatiques passés. Ils ne sont pas non plus entièrement capable de réaliser ceci. Ils peuvent reproduire assez précisément certaines tendances du climat passé, mais chaque modèle a ses propres inexactitudes. Par exemple, un modèle peut reproduire de façon satisfaisante la température mais fournir un travail bâclé pour reproduire les précipitations.

Bien que les modèles climatiques se soient énormément améliorés ces dernières années et se soient développés du point de vue de la sophistication, les divergences entre les prévisions demeurent toujours aussi importantes. Certaines de ces différences reflètent le désaccord entre les chercheurs au sujet des données scientifiques qui doivent entrer dans le modèle, mais même les modèles qui prétendent dépeindre le climat avec la même méthode et à partir d'un point de départ donné ne produisent pas avec précision les mêmes résultats. « Ceci doit être compris comme une des limites inhérentes aux modèles de ce calibre sur une question de ce type, plutôt qu'une mesure de l'immaturité ou de l'inexactitude des modèles, » explique McWilliams.

Le problème s'expose de la même manière que le désormais célèbre "effet papillon," mais à une échelle différente. En 1972, le mathématicien et météorologiste Edouard Lorenz expliquait que le battement de l'aile d'un papillon au Brésil pourrait déclencher une tornade au Texas. Cette image résume la notion que dans les systèmes chaotiques comme le temps qu'il fait, d'infimes variations entre deux situations initiales peuvent conduire à des situations finales extrêmement différentes.

Ce phénomène est bien connu dans les prévisions météorologiques, et cela explique pourquoi même les meilleures prévisions météorologiques sont inexploitables après une ou deux semaines. Mais dans la prévision du climat, l'effet papillon joue un rôle plus marginal, car sur une année ou une décennie, les situations finales imprévisibles tendent à s'équilibrer.

McWilliams soutien, cependant, que les modèles climatiques sont sujet à un effet chaotique semblable mais à une échelle différente. Les légères variations dans la manière dont les effets physiques sont calculés et arrondis, en lieu et place des variations des conditions initiales, peuvent mener à des scénarios futurs extrêmement différents. Ce phénomène s'appelle " l'instabilité structurelle". Si les modèles climatiques sont effectivement en soi structurellement instables, alors deux simulations extrêmement précises des processus physiques de l'atmosphère et des océans produiront presque toujours des prévisions qui diffèreront sensiblement. Dans ce cas, il est peu probable que les modèles de prévision climatique soient en accord sur la D.R.E.

McWilliams n'est pas en mesure de démontrer que les modèles climatiques sont structurellement instables, mais il soutient, dans l'édition du 22 mai du journal Proceedings of the National Academy of Sciences, que tous les indices pointent dans cette direction. McWilliams poursuit : "Bien que nous n'ayons pas à disposition tous les modèles possibles que nous ou nos enfants pourraient faire, nous pouvons commencer à voir que ces modèles ne convergeront pas vers une réponse exacte, et les prévisions climatiques ne sont pas susceptibles de parvenir à un commun accord que nous entrons dans une ère de changement climatique. »

Néanmoins, les modèles climatiques produisent une information précieuse. Les modèles ont apporté des améliorations majeures dans la compréhension par les scientifiques de la dynamique du climat. En outre, McWilliams indique que les divergences entre les modèles n'infirment pas la conclusion la plus fondamentale des modélisations climatiques : l'augmentation des gaz à effet de serre émis par l'activité humaine réchauffe la Terre et cela continuera à en être ainsi. Il note qu'aucun modèle climatique crédible pourrait ne pas tirer cette même conclusion. "De nombreux climatologues ont tenté de produire un modèle qui ne montrerait pas un réchauffement climatique futur et personne n'a été en mesure de faire cela de manière crédible".

McWilliams soutient, cependant, que les personnes qui s'occupent de la modélisation du climat doivent changer leur approche en produisant des prévisions quantitatives. « Concrètement, cela implique que les gens ne devraient pas attendre ou convoiter le modèle parfait » ajoute-t'il. Au contraire, les scientifiques devraient explorer tous les comportements possibles que les modèles climatiques peuvent avoir en faisant systématiquement varier la manière dont les modèles sont construits pour voir toutes les prévisions qu'ils pourraient faire.

Dans cette optique, les chercheurs ne produiraient pas un seul nombre pour prévoir par exemple la température globale moyenne qui résulterait du doublement des gaz à effet de serre dans l'atmosphère. Au lieu de ça, une série de milliers de modèles produiraient des probabilités pour un éventail de températures possibles.

Certains chercheurs ont déjà commencé à s'adapter à cette vision. Un groupe de l'université d'Oxford en Angleterre fait fonctionner un projet appelé Climateprediction.net qui utilise la puissance de calcul des volontaires partout dans le monde pour calculer environ 150.000 variations d'un modèle climatique que les chercheurs ont développé. La première série de résultats a prouvé que les modèles climatiques peuvent prévoir une gamme beaucoup plus large de scénarios possibles sur le réchauffement climatique que ce que les modèles avaient précédemment montrés. À l'intérieur des modélisations plausibles effectuées par le groupe d'Oxford, la température globale pourrait s'élever au plus de 11°C si les niveaux de CO2 dans l'atmosphère étaient doublés. C'est beaucoup plus que la fourchette de 2°C à 5°C prévue par le groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC). Des résultats si extrêmes sont peu probable, même si...

Néanmoins, l'argument de McWilliams est controversé dans la communauté. Reto Knutti, un modéliseur climatique de l'université de Berne en Suisse, indique qu'il s'attend, avec le temps, à ce que les modèles apportent des réponses de plus en plus similaires. Il argue du fait que les scientifiques ont développé de nouveaux modèles ces cinq à dix dernières années qui ne sont pas aussi sophistiqués que quelques modèles plus anciens qui ont été développés sur plusieurs décennies, ce qui fait que la dispersion semble plus importante que ce qu'elle devrait être autrement.

Mais McWilliams indique que la communauté des climatologues doit s'attaquer maintenant à cette question pour s'assurer que les modèles sont capables de fournir des réponses aux questions qui leurs sont posées. Il compare son argument à la preuve de Kurt Gödel selon laquelle certains rapports mathématiques ne sont ni prouvables ni réfutables. Le théorème d'incomplétude Gödel, conclut McWilliams, « résonne comme un avertissement : il faut s'assurer que vous vous posez les bonnes questions avant de vous esquinter à trouver les réponses. »

Source: Sciences
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://planete-bleue.naturalforum.net
Yannis
Modérateur


Nombre de messages : 2216
Age : 43
Localisation : Auxerre
Date d'inscription : 17/11/2006

MessageSujet: Re: Insuffisance des modèles de prévision du climat   Mar 21 Aoû - 19:34

merci James pour l'ouverture de ce poste clin d'oeil

en lisant on se rend compte que sa remait tout en question depuis le début.

des calculs climatiques avec les modèles.

c'est flippant tous sa quand même effrayé effrayé


Dernière édition par le Mar 21 Aoû - 20:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tornadotwister
Permanent
Permanent
avatar

Nombre de messages : 624
Age : 28
Localisation : Boucherville, Québec, Canada
Date d'inscription : 19/02/2007

MessageSujet: Re: Insuffisance des modèles de prévision du climat   Mar 21 Aoû - 20:13

Parce que le tout défile trop vite...

AAooutch...!! neutre ravi

_________________
Amateur de photographie - Jour et nuit
Observateur météo à plein temps
Mon blog rapports-météo: www.blogdetwister.blogspot.com
Malgré les prévisions météorologiques avancées, seule dame nature a le plein pouvoir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaori
Permanent
Permanent
avatar

Nombre de messages : 363
Age : 33
Localisation : Angers, France
Date d'inscription : 18/11/2006

MessageSujet: Re: Insuffisance des modèles de prévision du climat   Mer 22 Aoû - 10:56

Sujet très intéressant, merci James oui
Je crois que vous connaissez mon point de vue sur les modèles et les modélisateurs : on leur fait dire un peu ce qu'on veut... en tout cas, en paléoclim, mais en climatologie je crois que c'est un peu le même principe.

Il faut bien se dire qu'un modèle ne retranscrira jamais la réalité ! Car cette réalité est beaucoup trop complexe, et simplifiée dans ces modèles.

Citation :
Au lieu de ça, une série de milliers de modèles produiraient des probabilités pour un éventail de températures possibles.
C'est, je trouve, très utopique : pour faire tourner 1 modèle, il faut une puissance très importante et un temps très long (jusqu'à plusieurs mois) avant que le modèle se stabilise, et donc d'obtenir une réponse valable...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dismantling-business.homelinux.com
James
Admin
avatar

Nombre de messages : 2619
Age : 45
Localisation : Clermont Ferrand (63), France
Date d'inscription : 08/11/2006

MessageSujet: Re: Insuffisance des modèles de prévision du climat   Mer 22 Aoû - 15:47

Kaori a écrit:
Sujet très intéressant, merci James oui
Je crois que vous connaissez mon point de vue sur les modèles et les modélisateurs : on leur fait dire un peu ce qu'on veut... en tout cas, en paléoclim, mais en climatologie je crois que c'est un peu le même principe.

Il faut bien se dire qu'un modèle ne retranscrira jamais la réalité ! Car cette réalité est beaucoup trop complexe, et simplifiée dans ces modèles.

Citation :
Au lieu de ça, une série de milliers de modèles produiraient des probabilités pour un éventail de températures possibles.
C'est, je trouve, très utopique : pour faire tourner 1 modèle, il faut une puissance très importante et un temps très long (jusqu'à plusieurs mois) avant que le modèle se stabilise, et donc d'obtenir une réponse valable...


Oui c'est vrai, tu nous avais déjà fait partagé ta vision au cours d'un post.

D'ailleurs à ce sujet je te rejoinds plus que jamais.

Pour preuve les prévisions météo de notre pays sont plus que changeantes depuis quelques temps...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://planete-bleue.naturalforum.net
Guizmo
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 817
Age : 31
Localisation : Parthenay de Bretagne (35)
Date d'inscription : 13/11/2006

MessageSujet: Re: Insuffisance des modèles de prévision du climat   Lun 17 Déc - 6:01

J'avais pas vu ce topic...

Je trouve cet article vraiment très intéressant et je suis tout à fait d'accord avec Kao : les modèles on leur fait dire ce qu'on veut. De plus, ils ne font que nous donner des aperçus de ce qui pourrait se passer, ils ne sont en aucun cas un avant-goût de ce qui va se passer. Trop de facteurs peuvent changer et trop peu sont pris en compte dans chaque modèle. ravi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yannis
Modérateur


Nombre de messages : 2216
Age : 43
Localisation : Auxerre
Date d'inscription : 17/11/2006

MessageSujet: Re: Insuffisance des modèles de prévision du climat   Lun 17 Déc - 20:59

guizmo a écrit:
J'avais pas vu ce topic...

Je trouve cet article vraiment très intéressant et je suis tout à fait d'accord avec Kao : les modèles on leur fait dire ce qu'on veut. De plus, ils ne font que nous donner des aperçus de ce qui pourrait se passer, ils ne sont en aucun cas un avant-goût de ce qui va se passer. Trop de facteurs peuvent changer et trop peu sont pris en compte dans chaque modèle. ravi

Sa c'est claire ravi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Insuffisance des modèles de prévision du climat   

Revenir en haut Aller en bas
 
Insuffisance des modèles de prévision du climat
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Refuser la logique d'un échec sur le climat à Paris en 2015
» Comment construire un nichoir, ici modèles !!!
» population de mon vision 450 et début sur le site
» La vision des oiseaux
» VISION 450 ou EVASION 120x60

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Planète Bleue :: Les Nouvelles des "Sciences de la Terre" :: Climatologie-
Sauter vers: